Charte

Objectifs stratégiques

Les principaux objectifs que nous poursuivons sont les suivants :

  • Renforcer le profilage de l’UNIGE. Les MOOCs permettent à la fois d’augmenter notre visibilité internationale sur des thématiques choisies, de renforcer nos équipes autour d’enseignements communs, de consolider nos liens avec la Genève internationale et de renforcer la place de l’UNIGE dans l’espace universitaire francophone.
  • Diffuser de nouveaux savoirs. Ce qui est une des missions premières de notre institution est facilité à un moindre coût par les MOOCs. De plus, de nouveaux publics deviennent accessibles.

  • Améliorer notre enseignement. Les MOOCs permettent de tester et de mesurer l’effet de certains dispositifs pédagogiques, mais leurs implications pour l’enseignement s’étendent bien au-delà.
 Intégrer les cours développés pour des MOOCs dans les cursus de formation de nos étudiants permet, par exemple, de changer les modalités de l’enseignement présentiel.

  • Renforcer notre stratégie internationale.  Nous pouvons attirer à l’Unige des étudiants qui se sont particulièrement distingués dans un de nos MOOCs et qui viendront poursuivre leur formation en présentiel. De plus, les MOOCs permettent de renforcer nos partenariats stratégiques et de faciliter la mise en place d’enseignements partagés.

  • Développer la participation citoyenne dans la recherche. En touchant un public de passionnés, les MOOCs offrent de nouvelles opportunités de recherches collaboratives.      

La poursuite de ces buts n’empêche pas d’autres objectifs de s’ajouter à certains projets.

 

Collaborations avec les plateformes

Les principes qui régissent les collaborations avec les plateformes d’hébergement sont les suivants :

  • un coût d’hébergement nul et un partage du chiffre d’affaire pour les options payantes,
  • l’absence de publicité,
  • la propriété intellectuelle des cours qui reste entièrement à l’UNIGE
  • la non-exclusivité (nous pouvons réutiliser nos cours sur n’importe quel autre support),
  • un contrôle de l’utilisation des données,
  • l’accessibilité des données associées à nos cours pour des recherches menées par nos enseignants et collaborateurs.

 

Collaborations avec les partenaires externes

Des partenaires externes, publics ou privés, peuvent collaborer avec l’UNIGE à la production d’un cours que ce soit pour leur financement, leur production (comme, par exemple, la RTS) ou la préparation du contenu. Ces partenariats doivent être validés par le Rectorat qui en vérifie la compatibilité avec les normes éthiques, avec l’image de l’Université et avec les autres projets en cours.

 

Intégration des MOOCs dans l’enseignement

Les modalités sont multiples pour intégrer les MOOCs dans l’enseignement réservé aux étudiants inscrits à l’UNIGE. Tout d’abord il est possible d’intégrer des MOOCs développés par nous-même, des MOOCs développés par d’autres institutions, ou encore des MOOCs développés par d’autres institutions mais faisant partie d’une spécialisation à laquelle nous participons. Ensuite, il est possible d’utiliser l’intégralité d’un MOOC ou une partie seulement. Enfin, les MOOCs peuvent être utilisés comme simple ressource documentaire ou en remplacement total d’un cours, avec tous les intermédiaires imaginables : dans un dispositif de classe inversée [1], comme pré-requis (par exemple pour une école d’été), comme mise-à-niveau (pour une école doctorale), etc.

Les combinaisons possibles sont donc très nombreuses. Aussi, il revient à chaque enseignant et à chaque faculté d’évaluer quelle utilisation peut être faite de cet outil et quelle accréditation peut y être associée. Par exemple, notre faculté de Droit a testé et accepté l’accréditation d’un MOOC pour une étudiante qui n’a suivi un cours qu’à distance mais a présenté un rapport écrit et a passé un examen oral pour obtenir ses crédits ECTS.

Pour finir, il convient de rappeler que nous sommes soumis à la loi cantonale sur la protection des données et ne pouvons obliger nos étudiants à laisser des données personnelles sur des serveurs hébergés en dehors de la Suisse. Des dispositifs techniques sont en cours d’étude pour respecter cette obligation. Dans l’attente de leur mise en place, il convient de laisser la possibilité aux étudiants de s’inscrire sous un nom d’emprunt ou de mettre à disposition le matériel pédagogique sur nos propres serveurs.

 

[1] Dans un tel dispositif, la délivrance du contenu est faite via un MOOC et le temps présentiel est utilisé pour des travaux dirigés.